ECRIS – novembre 2018

Alors que Fanny Chabrol et Mahaman Moha avaient réalisé en juin 2018 une mission exploratoire à Niamey, l’ECRIS de novembre 2018 a donné le coup d’envoi à l’enquête de terrain du projet SINAFRHOSP, et a permis d’en préciser à la fois les pistes et les méthodes.

Photo de groupe au LASDEL – novembre 2018

Qu’est-ce qu’une ECRIS ?

Une Enquête Collective Rapide d’Identification des conflits et des groupes Stratégiques (ECRIS) est une méthode d’enquête théorisée par les anthropologues Jean-Pierre Olivier de Sardan et Thomas Bierschenk, qui la présentent comme « une méthode de travail complémentaire du “terrain” classique, lequel reste indispensable […]. La méthode ECRIS est simplement conçue pour précéder, impulser, et coordonner des enquêtes classiques ultérieures de chercheurs individuels. [Elle] permet d’améliorer considérablement le rendement et l’efficacité de ces recherches individuelles, ainsi que d’en raccourcir la durée. L’ECRIS permet […] la mise au point collective sur le terrain d’indicateurs qualitatifs communs que chaque chercheur individuel utilisera ensuite dans son propre site de recherche »1. Concrètement, l’ECRIS associe plusieurs chercheur.e.s en équipes et se déroule sur une ou plusieurs semaines, alternant des phases de terrain et des phases de mise en commun, de synthèse et d’analyse. Une très grande attention est portée aux dimensions méthodologiques et épistémologiques, qui sont un objet de réflexion à part entière.

Ce type d’enquête est régulièrement pratiqué par les équipes de recherche du LASDEL. La nôtre associait quinze chercheur.e.s, dont la plupart avaient l’habitude de travailler avec le LASDEL. Une partie de l’équipe était donc familière avec la méthode ECRIS ; pour d’autres, ce fut une intense période d’apprentissage. Nous nous sommes ainsi répartis en trois équipes de quatre à cinq enquêteur.e.s, selon nos compétences et les thématiques d’intérêt.

L’ECRIS s’est déroulée entre le lundi 26 novembre et le vendredi 30 novembre 2018, et comprenait une journée de préparation collective de l’enquête de terrain, trois jours d’enquête, avec des matinées sur le terrain et des après-midi consacrées à la mise en commun, et enfin une journée de synthèse collective.

Une question qui mobilise les intellects et suscite les curiosités

L’un des points très positifs de l’enquête est le vif intérêt qu’elle a suscité, tant de la part des enquêteur.e.s que des enquêté.e.s, ce qui a mené à des échanges stimulants, ainsi que de débloquer des portes et des ressources pour la suite.

Les enquêteur.e.s se sont en effet saisis des questions de recherche avec un grand investissement intellectuel, chacun apportant ses connaissances et ses outils. L’équipe étant composée de profils divers – anthropologues, sociologues, politistes, géographes et autres professionnels – les échanges ont permis d’aller vers une approche interdisciplinaire très intéressante. Certains chercheurs ont d’ailleurs manifesté le désir de continuer à travailler dans le cadre de ce projet de recherche, au cours des phases ultérieures. Notamment, les contacts avec les autres hôpitaux de Niamey et l’Université
ont été resserrés.

Les pistes de recherche du projet SINAFRHOSP ont aussi intéressé les personnes enquêtées, qui ont été très accueillantes et ont parfois activement cherché à nous donner des contacts pertinents. Les échanges avec ces personnes ont aussi été l’occasion pour elles de nous faire part de leurs propres questionnements quant à l’hôpital, et plus largement au fonctionnement du système de santé nigérien. Cela nous a permis de poser les premières bases d’une éventuelle coconstruction de certaines parties de l’enquête ultérieure, mais aussi d’être identifiés comme des partenaires scientifiques. Plus généralement, l’ECRIS a permis de prendre contact – plutôt chaleureusement – avec les personnes qui seront recontactées dans le cadre de l’enquête.

Photo de groupe devant l’Hôpital Général de Référence – Marie Detemple, novembre 2018

Des pistes d’enquête qui se précisent

L’ECRIS a également permis de progresser sur la définition des questions de recherche à retenir dans le cadre de ce projet. De ce point de vue, l’accueil qui nous a été fait dans l’hôpital a été un précieux facilitateur : les visites guidées ont été nombreuses, les personnes rencontrées se sont montrées très disponibles pour aborder un nombre important de sujets, et les entretiens individuels se sont souvent transformés en entretiens collectifs.

Les espaces, sociaux et physiques, traversés par les équipes d’enquêteur.e.s ont été variés, de même que les personnes rencontrées. Si les trois équipes sont restées dans l’enceinte de l’hôpital pendant la première matinée de terrain, une équipe ne s’y est pas attardée les jours suivants. Ainsi, la première équipe a exploré les services médicaux et administratifs de l’hôpital, rencontrant les équipes médicales et soignantes et certains personnels administratifs. La seconde équipe est plutôt entrée en contact avec les équipes dirigeantes, comme la direction de l’hôpital ou la direction du service de recherche. La troisième équipe s’est attachée à étudier la dimension matérielle et infrastructurelle de l’hôpital, par la visite des installations d’électricité, d’eau, de production d’oxygène et de gestion des déchets, aux côtés des personnes chargées de leur maintenance ; elle s’est aussi aventurée dans le quartier de l’hôpital, s’intéressant aux activités à proximité et aux dynamiques de transformation du quartier, par la rencontre des habitants et des travailleurs des environs.

Initialement centrées sur des groupes stratégiques particuliers, les équipes se sont finalement reconfigurées autour de trois axes de recherche identifiés. Le premier concerne le démarrage et le fonctionnement de l’hôpital, et son insertion dans le système de santé nigérien. Le second porte sur la reconfiguration de l’accès aux soins spécialisés au Niger et la représentation du nouvel hôpital dans la population. Enfin, le dernier axe identifié concerne l’insertion urbaine de l’hôpital, sa connexion aux différentes infrastructures nécessaires à son fonctionnement, et sa capacité à impulser et orienter les dynamiques de développement et de transformation urbaines dans le quartier d’implantation.

Engagement de l’enquête à venir

Les différentes composantes de l’enquête à venir ont donc été précisées, ce qui permettra de soumettre un dossier structuré au Ministère de la Santé pour l’autorisation du Comité d’Ethique. Cela autorise aussi à penser plus concrètement l’organisation globale de l’enquête, et d’affecter aux chercheurs de l’équipe un axe de recherche plus précis à mettre en oeuvre.

La semaine de l’ECRIS a aussi constitué, pour tous, un moment de mobilisation intellectuelle intense et un espace de sympathie. Les rires, les discussions et les moments de complicité n’ont en effet pas été rares, les repas pris au LASDEL ont toujours été conviviaux – malgré l’infestation de moustiques – et le souvenir que j’en garderai sera celui d’un premier pas gorgé d’espoir.

Marie D.

 

 

1 Thomas Bierschenk et Jean‑Pierre Olivier de Sardan, « ECRIS : Enquête Collective Rapide d’Identification des conflits et des groupes Stratégiques… », Bulletin de l’APAD [En ligne], 7 | 1994


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.