Niamey Nyala

Niamey est la capitale du Niger, pays francophone d’Afrique de l’Ouest en position de carrefour des circulations africaines. La majorité de son territoire se compose de steppes et de zones désertiques au Nord. Le Niger fait partie de la Communauté Economique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) ; le rapport annuel du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) considère que le Niger fait partie des « pays les plus émergents »1, prenant en compte de multiples variables dont notamment la croissance de la population et celle du PIB national.

Carte simplifiée du découpage administratif et du réseau de transports routier au Niger – Marie Detemple, février 2019

Après des élections reconnues libres et transparentes par les différents observateurs en 2011, les urnes désignent Mahamadou Issoufou comme nouveau Président de la République. Elu sur un programme de réforme profonde des institutions et de modernisation du pays, réélu en 2016, il met notamment en place le programme « Niamey Nyala » – littéralement « Niamey la Coquette » – qui prévoit un développement urbain très important afin de renforcer l’attractivité de la capitale et lui donner un rayonnement régional et mondial.

Niamey connaît en effet une croissance rapide depuis les années 1940. La ville est aujourd’hui la plus peuplée du Niger, avec 1 302 910 habitants en 2011 pour une superficie de 255 km; sa densité dépasse donc légèrement les 5000 hab/km2. Construite autour du fleuve Niger, qui constitue la principale ressource en eau (potable notamment – d’où une importante pression due à la pollution du fleuve), la ville s’est d’abord développée sur le plateau surplombant la rive gauche, avant de conquérir la rive droite. La région connaît un phénomène de désertification, auquel les autorités ont tenté de répondre par l’implantation de barrières végétales, largement remises en question par la dynamique d’urbanisation niameyenne2.

Niamey accueille la majeure partie des activités industrielles nigériennes, mais c’est aussi le pôle commercial majeur du Niger, avec celui de Maradi. La ville compte ainsi plus de vingt-cinq marchés, dont l’occupation est inégale. Niamey assume donc la grande majorité des activités d’import-export, notamment pour la filière agricole, bien que son infrastructure portuaire soit très peu développée.

Depuis 1988, Niamey est une Communauté Urbaine constituée de cinq communes, dotées chacune d’une Mairie. Les communes I, II, III et IV se situent sur la rive gauche, tandis que la commune V est sur la rive droite. La Ville de Niamey a également un Maire Central qui préside le Conseil de la Ville, chargé de coordonner l’action et de répondre aux besoins, notamment primaires, des populations, en termes d’accès à l’eau, de transports, de santé ou encore d’éducation. La ville est constituée de nombreux quartiers, dont les plus centraux abritent les institutions nationales et internationales3.

Carte des quartiers de Niamey – dans H. Issaka et D. Badariotti, Les inondations à Niamey, enjeux autour d’un phénomène complexe, Cahiers d’Outre-Mer, 2013

« Niamey la Coquette »

Alors que la ville souffre de graves insuffisances en termes de développement infrastructurel4 , le Président de la République du Niger, Mahamadou Issoufou, est élu en 2011 sur un programme qui prévoit un développement urbain très important afin de renforcer l’attractivité de la capitale et lui donner un rayonnement régional et mondial : « Niamey Nyala ». Diversification des activités, avec notamment la promotion du tourisme et des activités commerciales, sont les objectifs-phares du programme, qui entend donner à Niamey l’image d’une ville sécurisée et agréable à vivre.

Ce projet comprend la rénovation du centre-ville et l’érection d’un centre économique nouveau, dont les ronds-points avec en leur centre d’imposants monuments sont le symbole ; mais aussi la construction de kilomètres de routes goudronnées rayonnant depuis le centre et ceinturant la ville dans le but de connecter des secteurs longtemps restés enclavés, ainsi que des voies à grande vitesse dont certaines sont surélevées5. L’objectif de cette politique d’aménagement urbain est de créer des synergies et de meilleures circulations urbaines, ainsi que de rééquilibrer les tissus urbains entre la rive gauche et la rive droite du fleuve6. Dans ces réalisations, le partenaire chinois est un acteur privilégié. La connexion à l’espace aéroportuaire est aussi renforcée, et la construction d’une ligne de chemin de fer a commencé en 2014, mais s’est soldé par un échec qui tient de l’incident géopolitique7.

Le programme accorde aussi une attention particulière aux problématiques d’assainissement des eaux, de rénovation des systèmes de drainage et d’égouts, et d’organisation de la gestion des déchets. Cela passe aussi par un ensemble de programmes d’information et de sensibilisation des populations. Des plans de construction de logements sociaux sont aussi à l’ordre du jour, comme le rattachement progressif des quartiers les plus excentrés aux réseaux d’eau courante et d’électricité – quand la plupart des accès à ces services étaient assurés de manière illégale ou grâce à l’activité d’ONG humanitaires.

Intégrant, dans sa rhétorique officielle, les objectifs de développement durable et de réduction des inégalités notamment, les projets qui composent le programme font souvent l’objet d’un soutien financier de la part d’institutions internationales.

Inscription sur les murs de la Commission Niamey Nyala – Marie Detemple, février 2019

1 Fiche du Niger du World Population Review (2019)

2 Présentation sur le site officiel de la ville de Niamey

3 Hamadou Issaka and Dominique Badariotti, Les inondations à Niamey, enjeux autour d’un phénomène complexe, Les Cahiers d’Outre-Mer, juillet/septembre 2013, p. 295-310

4 Article de Cherif Ouazani sur Jeune Afrique : Et au milieu coule le fleuve Niger (2011)

5 Article sur les réalisations du projet Niamey Nyala par Oumarou Moussa sur NigerDiaspora (2017)

6 Article sur le projet Niamey Nyala par Assane Soumana sur NigerInter : Programme “Niamey Nyala, une touche plus moderne et captivante à la capitale (2016)

7 Article dans Le Monde Afrique : Ni Bolloré ni Petrolain (2018)

 

Marie D.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.